Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Katia, MiddayWoman

La Beauté du Verbe

Nous sommes reliés au verbe infini et à la poésie des mots qui inspire. Le verbe bien utilisé est un instrument de paix qui coule de source, accorde les cœurs, inspire par sa beauté, et s'imprime au niveau du collectif.

 

Nous faisons le chemin inverse de la tour de Babel, en revenant au verbe source, en nous connectant au verbe source, nous ouvrons la possibilité, enfin, de nous comprendre. Grâce aux symbôles, au-delà de la particularité du verbe de chaque langue, nous retrouvons des invariants multi-culturels et multi-racines, comme l'est la colombe pour la paix.

 

Les actes symboliques et les symboles sont en réalité très importants. C'est un champ (causal) que nous ancrons dans la réalité et qui permet aux symboles de se décliner en actions concrètes et réelles.

 

Nous pouvons canaliser la vibration et l'essence première d'une lettre, d'un mot ou d'un son simplement en mettant cette intention. Nous retrouvons alors, derrière les hiéroglyphes, la vibration originelle du langage commun, la forme de la vie dans sa pulsion première, dans sa vibration première. Toutes les langues sont issues d'un langage commun au-delà du langage universel. Nous relions alors les lettres, les mots à leur vibration première et ancrons ce plan pour qu'enfin nous puissions nous entendre.

 

La langue et les mots sont liés au souffle, et nous redonnons vie, l'esprit à notre langage avec le souffle que nous insufflons à chaque parole. Un plan s'ancre ainsi, hors mental, qui touche par sa beauté et sa vibration. La lettre, le mot, la parole s'anime et se densifie par sa présence parce qu'elle contient le souffle, ce souffle de vie. Ainsi nous redonnons aux lettres leurs lettres de Noblesse comme le firent jadis les enluminures.

 

La danse est aussi un langage primordiale, dont on a oublié le sens. C'est une forme essentielle de langage, le langage corporel.

 

La langue est une formalisation très simple de la beauté culturelle d'un pays, d'une racine qui s'exprime à travers le choix d'un vocabulaire et la forme des lettres. C'est une noblesse oubliée des mots. Ce miracle là, la variété des formes de langage, la poésie propre à chacune et toute la symbolique que les langues contiennent, tout l'univers qu'une civilisation contient en son verbe. S'intéresser aux racines d'une culture, c'est être curieux de la vision qu'elle porte, qu'elle exprime et qu'elle tisse par son langage. C'est très simple et très beau.

 

Ainsi la langue arabe comprend plus d'une vingtaine de mots pour parler de l'amour, tout en nuance et en subtilité dans ses définitions. C'est cette richesse qui est à réhabiliter, de toute une culture, quand elle-même s'est oubliée. C'est littérallement un jeu pour les amoureux des mots qui se délectent de cette variété de vocabulaire.

 

Quand il existe plusieurs mots pour dire la même chose, on ne porte aucun jugement sur les mots choisis, et il en est de même pour une culture ou les hommes. Chacun est un mot dans une phrase. Chacun est un mot dans une phrase, et c'est aussi simple que ça. Il ne viendrait à personne l'idée de disputer la place d'un autre dans une phrase. La phrase est ordonnée grâce à la place de chacun. Ainsi en est-il des hommes et des cultures. Chaque mot est à sa place, chaque être à sa place, chaque culture à sa place.

 

Nous pourrions écrire un poème en mélangeant les mots, en les changeant de place, nous redistribuons les cartes du jeu pour réécrire le poème et chacun retrouve une place; l'être est valorisé comme une partie essentielle à l'ordonnencement de la phrase et de l'oeuvre poétique avec des nouveaux voisins de jeu. Ainsi en est-il de chacun d'entre nous et de chaque peuple.

 

 

Canalisation des Artisans de la Paix, Hiver 2016

Katia BOUGCHICHE

 

 

Commenter cet article