Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par middaywoman

 268220 4120755704708 1429735476 n

 

Je suis une déesse même si le monde l'ignore,

C'est du mont de l'olympe que j'admire les aurores,

la musique me sourit, inestimable trésor,

mon âme s'en nourrit, nuée de sons en or !

 

Je suis une conteuse, pénètre mes mondes, heureuse !

Mon cœur souffle l'appel des légendes éternelles,

Je suis bien malicieuse, actrice de vos nouvelles,

mes mots chantent la grâce des grisantes amoureuses !

 

Si tu ne prends garde à moi, je sors mon prompt fleuret,

qui t'effleurera la joue, et quand ton sang bleuet,

perlera sur ton cou; aussi te conseillerai,

de saluer bien bas la Dame qui te plaisait.

 

Offre moi donc des fleurs en guide de menuet,

un panthéon de roses, un orchestre de muguets?

de triviaux tournesols me rendraient tellement gai!

tu pourrais voir mes joues devenir rouge geai.

 

Tu ignores, toi, lecteur que je porte le nom,

d'un opéra qui joue l'intrigue de Pharaons,

Verdi, le créateur des lettres d'Aida,

m'a hissée sur l'autel de la somptueuse Scala!

 

Je ne te dévoilerai le ton de mes instruments,

ceux-ci sont réservés à mon fervent amant,

si tu tends bien l'oreille vers le plus grec des monts,

tu entendras l'écho des filles d'Apollon.

 

Je suis du haut de l'Olympe, par deux fois consacrée,

de mots magiques qui sculptent mon corps de lyre ailée,

des harmonies joyeuses, les notes de l'art parfait,

je suis merveilleuse muse, l'Euterpe des enchantés!

 

Je survole à présent les terres, douce rêveuse,

je pourrai m'égarer au pays des conteuses,

mon amoureux m'appelle, de sa voix paresseuse,

je lui réponds en vers, je fais ma belle joueuse,

je suis voix de Vénus, je ne suis pas boudeuse,

plutôt pure musicienne des mélodies mielleuses,

ma cithare joue des airs, une douce langueur soyeuse.

 

Commenter cet article

Aïda 06/08/2012 09:41

Ma Très Grande Amie,quelle émotion à la lecture de tes vers. Je reçois ton inestimable cadeau avec un amour aussi grand si ce n'est plus que celui qui t'a inspiré pour écrire cet unique poème. Je
me suis toujours demandé ce qu'éprouvaient les muses des poètes...Maintenant je le sais. Merci ma Belle Amie que j'aime d'un amour profond et infini.